Page 2 - Microsoft Word - Histoire de Salvagnac maj juin 2012
P. 2

Joyeuse décide en conseil de guerre d’entreprendre le siège de Salvagnac, pour reprendre cette ville forte. Il met
        sur pied une armée forte de 8000 fantassins et 800 cavaliers et il va pilonner la ville avec 9 canons installés à Pelot.
        A l’intérieur de la ville réside une garnison de 500 soldats protestants commandés par le capitaine Penavayre. Les
        assiégés attendent les secours venant de Montauban qui ne peuvent arriver, car il pleut beaucoup et les chemins
        sont impraticables. Les conditions atmosphériques ne sont pas meilleures pour les assiégeants, des épidémies
        apparaissent. En définitive, un accord intervient entre assiégés et assiégeants, le siège qui avait commencé le 23
        novembre est levé le 3 ou 4 décembre et les troupes protestantes quittent la ville et se retirent à Montauban.
        Dés le siège terminé, le Viguier et le Syndic du diocèse entrent dans la ville et engagent sa démolition grâce aux
        hommes envoyés par les consuls de Lisle, ils vont faire distribuer 5579 pains entre le 6 et le 24 décembre. Le
        rasement de la ville et du château ne se déroulant pas assez vite, l’évêque d’Albi, Jules de Médicis, sollicite à
        nouveau les consuls de Lisle le 15 avril et le Parlement de Toulouse confirme le 5 mai 1587.
        Il faudra attendre plus de deux siècles avant que l’emprise de la ville forte soit reconstruite. On peut penser que le
        château fut en partie épargné, car en août 1606, on en fit l’inventaire pièces par pièces. Quant à l’église, elle fut
        rendue au culte quelques années plus tard. En effet en 1629, Anne de Monclar y fut inhumée. Anne de Monclar était
        la dernière descendante de Bertrand, demi-frère de Raimond VII.

        Reconstruction et essor économique au XIXe siècle
        Au cours des XVIe et XVIIe des maisons et leurs dépendances vont être construites à l’extérieur des anciens fossés
        de la ville, on peut en voir encore quelques une de nos jours, mais l’emprise de la ville est vide à l’exception du
        château et de l’église.
        A l’initiative du Maire, Guillaume Druille, un projet d’occupation de cet espace vide est lancé le 14 mai 1831, des
        emplacements vont être vendus pour la construction de maisons d’habitation, dans un premier temps sur
        l’emplacement des anciens remparts, et par la suite sur l’emprise de la ville détruite. Plus tard la Halle aux grains
        avec en étage la Mairie est construite de 1854 à 1856 ainsi que l’école publique de garçons sur l’emplacement de
        l’église qui avait déjà été reconstruite sur le site de l’église actuelle en 1840. Cette église sera démolie en 1875 et
        remplacée par l’édifice actuel. Quant au château, il changea plusieurs fois de propriétaire avant d’être acheté en
        1788 par la famille de Puységur qui le revendra à une congrégation de religieuses en 1850. Les religieuses de Saint-
        Joseph d’Oulias fondent une école primaire de jeunes filles avec un pensionnat, l’aile sud du château est
        entièrement reconstruite et l’aile nord réaménagée.
        Salvagnac est chef-lieu de canton depuis 1791. Sa population connait ensuite une croissance importante : 1275
        habitants en 1800, 1901 en 1851. La ville devient alors un centre d’échanges économiques important, l’artisanat et
        le commerce se développent. Les foires qui existaient depuis des temps immémoriaux attirent des milliers de
        chalands ; en 1838, un marché hebdomadaire est crée le mercredi, il rythme l’activité commerciale du bourg. Ce
        marché sera très réputé pour la commercialisation des volailles ; en 1904, 16800 têtes de volailles sont vendues à
        Salvagnac, soit 14% des ventes départementales. Ces foires et marchés connaîtront le déclin après 1950. Enfin, il
        faut savoir que malgré plusieurs projets le chemin de fer n’atteindra jamais Salvagnac.



        Sources bibliographiques :
        Dom Devic et Dom Vaissette : Histoire Générale du Languedoc Privat Toulouse 1879
        Pierre Pradier : Mémoires Historiques du Village de Salvagnac 1759-1772
        Elie Rossignol : Monographie du Canton de Salvagnac Albi Chaillol 1866
        Jean Lauzeral : Essor d’une Commune rurale au 19eme Siècle Erès Toulouse 2002
        Archives Départementales du Tarn  Archives Communales




                                 Document édité par l’association Culture et Tourisme en Pays Salvagnacois
                                             Les Sourigous –81630 Salvagnac - Tél. 05 63 33 57 84
                                                                Edition : juin 2012
   1   2   3   4   5   6   7